Vous êtes ici : Accueil : Actualité

  • a-
  • a+
  • Imprimer la page
  • Ajouter aux favoris

Moins de déchets, un impératif pour les Amis de la Terre

Moins de déchets, un impératif pour les Amis de la Terre

Pour une économie circulaire, recycler ne suffit plus. C’est le sous-titre du rapport publié en juin par l’ONG, qui insiste sur la nécessité de réduire notre consommation de ressources et de les utiliser plus efficacement. Un message sous forme de recommandations à la Commission européenne, qui doit préparer un « paquet » sur ce sujet.

Les Amis de la Terre se mobilisent pour l’économie circulaire. Ils entendent inciter à la mise en œuvre d’une politique européenne ambitieuse, qui dépasse les seuls objectifs de réduction des déchets et de recyclage pour se concentrer aussi sur une utilisation plus efficace des ressources de la planète. L’ONG publie ainsi un rapport visant à orienter les travaux des décideurs européens, au moment où se prépare un nouveau « paquet » sur l’économie circulaire et où les citoyens sont invités à s’exprimer sur ce thème dans le cadre d’une consultation ouverte jusqu’au 20 août.

En une trentaine de pages, les Amis de la Terre livrent une série de recommandations argumentées, illustrées d’initiatives émanant de collectifs de citoyens qui œuvrent concrètement pour une Europe consommant moins et mieux : boutiques d’emprunt, cafés/ateliers de réparation, compostage collectif… Mais, souligne l’association, « sans changements dans la réglementation européenne, ces pratiques exemplaires sont condamnées à rester marginales et isolées ».

 

Une demande en ressources croissante

Ces changements, l’ONG invite l’Union européenne à les engager suivant trois axes. Le premier consiste à « mettre l’efficacité dans l’utilisation des ressources au centre de l’élaboration des politiques ». L’Europe est en effet l’un des continents qui consomment le plus de matières premières, avec 21 tonnes par an et par habitant. Pour couvrir ses besoins, elle est même contrainte d’en importer une part non négligeable (de 20 % et 30 % en 2010). Et cette demande en ressources ne cesse d’augmenter sous l’effet d’une consommation qui, dans notre modèle de société, est forte et croissante…

Or au niveau mondial, ces ressources sont limitées et le recyclage, même à des taux élevés, ne suffit plus. Outre une flambée des prix, les conséquences sont déjà observables : érosion des sols, perte de biodiversité, dérèglements climatiques…

 

La fin des décharges et des incinérateurs

Pour les Amis de la Terre, nous n’avons d’autre solution que de consommer moins et mieux les ressources de la planète. Avant toute chose, l’ONG préconise d’établir un bilan quantifié des ressources consommées en Europe – terres, eau, matières, carbone – et de créer un cadre qui garantisse des pratiques d’efficacité dans leur utilisation. Pour l’association, il nous faut aussi renoncer purement et simplement à l’enfouissement et à l’incinération de nos déchets et développer l’économie de fonctionnalité, à savoir la vente de l’usage d’un bien (le leasing par exemple) et non plus la vente du bien lui-même (lire notre article).

Le rapport identifie un deuxième axe de progrès : « privilégier le sommet de la hiérarchie des déchets », c’est-à-dire la prévention des déchets et le réemploi plutôt que le recyclage. Cet objectif implique de mettre en place des instruments qui ne se contentent pas d’informer ou de sensibiliser, comme c’est souvent le cas, mais qui soient réellement « motivants ». À l’instar de la redevance incitative : vous payez en fonction de ce que vous jetez.

 

Redéfinir l’éco-conception

Le troisième axe développé par les Amis de la Terre consiste à « encourager la préparation pour le réemploi ainsi que les produits durables et réparables ». Pour l’ONG, les critères d’éco-conception (lire notre article), trop tournés vers l’efficacité énergétique, doivent être redéfinis pour inclure aussi une utilisation plus efficace des ressources. Deux conditions contribueraient également à allonger la durée de vie des produits et donc à préserver les ressources : exiger des fabricants qu’ils fournissent des manuels de réparation complets et détaillés et allonger la durée minimale de la garantie. Les consommateurs seront d’accord…

La balle est maintenant dans le camp de l’Union européenne. À elle, comme le souhaite l’ONG, de « faire usage des outils politiques et économiques dont elle dispose » pour instaurer une économie circulaire synonyme d’économies, de création d’emplois, de baisse des coûts liés aux déchets et de protection de l’environnement.

 

Consultez le rapport sur le site des Amis de la Terre

 

Derniers articles publiés

  • Du 29-04-17 au 29-05-17 1/3

    Aucun article ce mois ci

  • Du 30-03-17 au 28-04-17 2/3

    Aucun article ce mois ci

  • Du 28-02-17 au 29-03-17 3/3

    Aucun article ce mois ci

prec next